Vers la disparition des ordinateurs de bureau ?

Vers la disparition des ordinateurs de bureau ?

Avec son unité centrale, son clavier, sa souris et son écran, l’ordinateur de bureau (également appelé desktop) est devenu un appareil très encombrant et n’attire plus les acheteurs malgré un rapport qualité-prix toujours compétitif. En effet, toutes les statistiques s’accordent à dire que les ventes des PC de bureau ont baissé comparativement aux ventes de PC portables et autres appareils connectés. Est-ce la fin annoncée des desktops?

Retour sur l’évolution de l’ordinateur : du desktop au portable

Depuis le premier ordinateur individuel lancé en 1981 par IBM, le PC a connu plusieurs mutations : de l’ordinateur de bureau traditionnel vers l’ordinateur portable, plus mobile et plus léger avec toute la gamme de déclinaisons qu’il offre telle que les laptops, les netbooks, les ultraportables. Plus récemment, et avec l’évolution technologique, le marché des PC est également menacé par l’arrivée de nouveaux concurrents comme les smartphones, les tablettes, les phablettes, les ordinateurs hybrides et les montres connectées.

Les netbooks sont des ordinateurs portables qui permettent plus de mobilité avec une taille plus réduite, notamment un écran de moins de 13″. A leurs débuts, ils n’ont pas pu concurrencer les PC portables “classiques” car ils étaient considérés comme de l’informatique low-cost avec leurs capacités limitées par rapport à leurs prix. Ils permettaient alors à peine à faire de la bureautique, en gros du traitement de texte, de la navigation internet, et à faire tourner quelques logiciels peu encombrants. Depuis, les netbooks se sont nettement améliorés, à l’image des améliorations technologiques, et on voir désormais ces derniers rivaliser avec les portables en termes de capacités et d’ergonomie.

Les smartphones ont, de leur côté, révolutionné le monde Hi-Tech et des télécommunications; certains experts parlent même d’une nouvelle ère technologique. C’est encore une fois le géant américain IBM qui sort le premier smartphone dans les débuts des années 90 mais la véritable consécration arrive avec l’iPhone d’Apple en 2007 et son écran tactile inédit. Ces téléphones intelligents permettent des utilisations mixtes entre celles d’un téléphone (appeler et recevoir des appels et des messages) et d’un ordinateur comme naviguer sur le internet, recevoir et envoyer des emails, jouer et bien plus encore. Toutefois, et malgré leur empiétement sur le marché des ordinateurs, leurs petits écrans ne permettent pas de faire du traitement de texte ou de travailler longuement dessus.

Avec leurs écrans tactiles de taille proche de celle d’un netbook, les tablettes sont très simples d’utilisation et grignotent encore plus de terrain face aux portables classiques puisqu’elles permettent quasiment de faire tout ce qu’on pourrait faire avec un ordinateur tout en étant plus légères, plus pratiques et parfois moins onéreuses. Ce constat est d’autant plus vrai avec l’apparition des nouvelles tablettes hybrides; des quasi-ordinateurs tactiles aux configurations puissantes et à la connectique très fournie (clavier, souris, ports USB, etc.) qui n’a rien à envier aux PC portables.

Le portable souffre, le desktop fait naufrage

Avec tous ces nouveaux concurrents, les beaux jours du PC sont finis, pour ne pas dire comptés comme en témoigne les sorties successives d’IBM, de Sony et plus récemment de Toshiba du marché.

Si le portable séduit encore, l’ordinateur de bureau lui peine à trouver sa place malgré l’apparition des ordinateurs “All-in-one” moins encombrants et au designs plus soignés. Seuls quelques inconditionnels comme les gamers ne jurent encore que par le desktop et lui ont permis de survivre jusque là. Toute la question est de savoir jusqu’à quand. Beaucoup d’observateurs, dont Gartner, pensent que la sortie récente de Windows 10 porte avec elle les éléments de réponse à cette question.