Mieux comprendre le Big Data

City of the Big Data

Mieux comprendre le Big Data

Nous vivons dans une ère d’explosion des données numériques émises à chaque instant par les particuliers et les entreprises via les différents appareils connectés (ordinateurs, smartphones, tablettes, etc.). Ces informations sont devenues tellement volumineuses qu’il est impossible de pouvoir les stocker dans un simple outil de stockage des données.

L’ensemble des techniques utilisées pour traiter cette masse considérable de données est communément appelée Big Data (ou encore Méga Données ou Données Massives). Parmi les pionniers qui ont commencés à utiliser cette nouvelle technologie, on retrouve : Yahoo, Facebook et Google.

La triple problématique qu’essaie de résoudre le Big Data, encore appelée la règle des 3V, traite de 3 variables, à savoir: Volume (des données à traiter), Variété (des données disponibles) et Vélocité (fréquence de collecte et de partage de ses informations).

Le Big Data et les entreprises

Améliorant la prise de décision des entreprises, le Big Data a envahi tous les domaines; de la recherche à la santé, le marketing, le transport, la finance, etc. Dans le marketing par exemple, cette technologie permet l’identification des préférences des consommateurs et donc une meilleure personnalisation de l’offre publicitaire. Dans le secteur de la santé, le Big Data est capable de donner des traitements et des conseils personnalisés en lien avec les appareils connectés.

En ce sens, la collecte des données et leur utilisation par les entreprises doit être compatible avec les exigences de la CNIL, et ce dans le but de protéger les données à caractère personnel.

Peut-on faire confiance au Big Data ?

Théoriquement, le Big Data permet de protéger les données personnelles des internautes mais ce point reste toujours discutable. En effet, l’hyper-connectivité qui caractérise notre époque pousse au questionnement à l’usage du Big Data. Par exemple, de plus en plus de personnes utilisent leurs cartes bancaires pour payer sur le internet, utilisent le GPS, font des recherches ciblées, s’échangent des fichiers personnels, etc. Toutes ces informations sont donc potentiellement collectables, traitables et analysables.

D’après une enquête d’opinion menée par Harris Interactive, la majorité des français (61%) ne connaissent pas le Big Data et n’ont en jamais entendu parler contre 36% qui ont vaguement entendu parler de ce concept. Aussi, les statistiques indiquent que 28% des français ne veulent pas donner leurs données personnelles sur le net afin d’éviter tout risque de fuite ou d’utilisation non autorisée de leurs informations personnelles.

En ce qui concerne l’utilisation des données confidentielles dans les secteurs des Big Data, les résultats ont montré que les personnes se méfient surtout des données révélées aux réseaux sociaux, aux sites des grandes distributions et aux boutiques en ligne.

Au final, il faut savoir que l’arrivée du Big Data est en train de bouleverser l’univers du traitement des données non seulement dans le domaine informatique mais aussi d’autres secteurs comme la santé.

Avantages et limites du Cloud Computing

Avantages et limites du Cloud Computing

Le Cloud Computing est une révolution technologique qui a facilité aux entreprises l’accès à des services externalisés et personnalisés à leurs besoins. Grâce à une infrastructure informatique distante, le Cloud Computing offre un accès simple à des serveurs gérant stockage, bases de données et une gamme complète de services et applications sur internet.

Origines du Cloud Computing

En 2006, Amazon fut le premier à lancer ce service un peu par hasard puisque, en 2002, l’entreprise avait trop investi dans son parc informatique et s’est retrouvée avec un surplus d’équipements informatiques inutilisés.

L’entreprise était un peu dans l’obligation de bien utiliser ces ressources en créant une plateforme virtuelle pour externaliser une partie de ses services. Cette plateforme s’est finalement révélée être très performance pour la gestion des données, la limitation des surcharges et des erreurs ainsi que par une grande disponibilité.

Cette plateforme, baptisée Cloud Computing, a permis à Amazon (et à beaucoup d’autres compagnies par la suite) de profiter d’internet pour se développer en rentabilisant l’usage des équipements informatiques distants.

La révolution du Could Computing au service des entreprises

Pour Génération NT : « le Cloud Computing est un concept d’organisation informatique qui place Internet au cœur de l’activité des entreprises, il permet d’utiliser des ressources matérielles distantes pour créer des services accessibles en ligne ».

Les usages du Cloud Computing sont multiples. On peut citer l’utilisation de logiciels en ligne, l’archivage des données, la mise à disposition des ressources nécessaires pour le développement, le partage des espaces de travail et des outils de communication, etc.  Les applications actuelles sont quasi-infinies et constituent de réels avantages pour les entreprises qui sauront les mettre à profit.

Le concept est généralement basé sur trois grands services disponibles sur internet :

  • L’ “infrastructure as a service” (IaaS) : fournir une infrastructure informatique comme un service. C’est une évolution de l’hébergement web.
  • La “plateforme as a service” (PaaS) : fournir une plateforme informatique ainsi qu’une pile de solutions de développement.
  • Le “software as a service” (SaaS) : l’éditeur offre une licence d’utilisation d’un logiciel, téléchargement, hébergement.

Les limites du Cloud Computing

Certes, le Cloud Computing est une révolution qui a su apporter aux entreprises des solutions à leurs différents problèmes liés à l’informatique mais cette technologie présente aussi plusieurs limites liés principalement à la confidentialité et à la sécurité des données.

En effet, le stockage de ces dernières se fait en dehors de l’entreprise dans des locaux plutôt inconnus ce qui augmente le risque de vol ou de mauvaise utilisation des données, un risque bien réel que chaque entreprise devrait étudier avant de se lancer dans l’aventure du Could Computing. Il s’agira notamment d’analyser le ratio voulu entre le bénéfice à gagner par l’externalisation et le risque ainsi que d’autres questions comme la conformité à la politique de confidentialité menée par l’entreprise.

Nouveautés de la Keynote d’Apple du 21/03/2016

04Nouveautés de la Keynote d’Apple du 21/03/2016

La Keynote d’Apple est sans doute un des événements les plus attendus pour les amateurs de technologie et pour les fans de la firme à la pomme puisque c’est durant cet évènement que sont dévoilés les nouveaux produits Apple, avant même leur mise en vente.

La dernière édition du 21/03/2016 n’a pas dérogé à la règle en levant le voile sur les derniers produits d’Apple pour l’année 2016: un nouvel iPad Pro, un nouvel iPhone 4 pouces et plusieurs autres nouveautés.

Un nouvel iPad Pro 9.7″

Annoncé comme l’ultime alternative au PC, le nouvel iPad Pro présente un écran de 9.7 pouces (contre 12 pouces pour son prédécesseur) et des haut-parleurs deux fois plus puissants que l’iPad Air 2. Niveau processeur et photographie, le nouvel iPad Pro 9.7″ sera équipé d’une puce A9X, d’un coprocesseur M9 (notamment pour gérer Siri sans branchement sur secteur) et un appareil photo de 12 Mpx (contre 8 Mpx pour l’ancien modèle).

L’Apple Pencil sera évidemment pris en charge et les coloris seront les mêmes que celles de iPad 12″ avec un nouveau Rose Gold. Les prix de cette nouvelle tablette hybride varient entre 599$ et 899$ selon la capacité de stockage interne qui varie de 32 à 256 Go.

iPhone SE ou la petite révolution 4 pouces d’Apple

Déjà avant la Keynote d’Apple, les rumeurs circulaient sur le net sur un nouvel iPhone 4 pouces. Et bien, c’est maintenant confirmé! Le nouveau smartphone est baptisé iPhone SE (et non pas iPhone 7), il est doté d’un 4 pouces et présente un design qui n’est pas sans rappeler celui de l’ancien iPhone 4.

Présenté dans les 4 coloris (Gris, Noir, Or ou Rose) désormais classiques d’Apple, l’iPhone SE renferme en lui une petite révolution. Apple le présente d’ailleurs comme le “plus puissant smartphone 4 pouces jamais conçu“. Il est muni d’une puce A9 couplée à un coprocesseur M9, un appareil photo 12 Mpx , équipé de flash pour les selfies, qui offre la possibilité de réaliser des Live Photos (capture les instants qui précèdent et suivent la prise de photo) et permet même de filmer en 4K.

Ajouté à cela l’intégration d’une puce NFC pour payer sans contact (actuellement toujours indisponible en France). La cerise sur le gâteau, les prix de ce nouvel iPhone sont bien plus bas que ceux habituellement pratiqués par Apple, à savoir $399 et $ 499 respectivement pour les versions 16 et 64 Go.

Les autres nouveautés de la Keynote d’Apple

Une autre annonce est l’apparition d’une une nouvelle application baptisée Apple CareKit, une sorte de plateforme Open Source (dans la continuité du ResearchKit) qui permettra de faire un suivi actif de l’état de santé de ses utilisateurs . Elle sera disponible sur le marché en avril 2016.

Quant aux autres nouveautés, l’Apple Watch baissera de prix de $349 à $299 avec de nouveaux bracelets, 5000 applications seront disponibles selon Tim Cook sur la nouvelle Apple TV (sortie en Septembre 2016) et l’iOS 9.3 est désormais disponible.