Windows 10 : Sauveur ou bourreau des ventes de PC?

Windows 10

Windows 10 : Sauveur ou bourreau des ventes de PC?

La sortie de Windows 10 était fortement attendue et le secteur informatique espérait même que le lancement de ce nouvel OS de Microsoft allait inverser cette tendance à la baisse pour les ventes de PC.

Baisse des ventes de PC et lancement de Windows 10

Les instituts d’analyse IDC et Gartner ont publié des chiffres alarmants concernant la vente des PC. Ces deux cabinets estiment que le marché connait sa plus grande chute depuis 2007. Dans leurs statistiques, IDC note que la baisse est de 10.6% depuis 2007, alors que Gartner parle d’un déclin de 8.6%. Il faut savoir que ces statistiques ont été réalisées juste après la période des fêtes de fin d’année et 7 mois environ après le lancement de Windows 10.

Les constructeurs de PC avaient espoir en Windows 10 pour rebooster les ventes. Et d’ailleurs,  IDC juge que c’est la mise à jour gratuite de l’OS par Microsoft pour les utilisateurs de Windows 7 et de Windows 8 et 8.1 qui en est la cause car cela ne pousse pas les gens à acheter de nouveaux PC et se contentent simplement de télécharger la nouvelle version de Windows.

Aussi, il a été constaté que les PC avec une licence Windows 10 sont rares sur le marché puisque les machines sous licence 8.1 remplissent encore les étalages des boutiques de vente de matériels d’informatique.

Notons que cette chute des ventes a touché plusieurs marques de PC notamment ACER, HP, ASUS, etc. Mais les plus touchés sont ACER avec une baisse de 19.9% et ASUS avec 10.1%.

Hausse des ventes prévue pour le deuxième semestre 2016 et début 2017

Malgré le déclin que rencontre le secteur de la vente des PC, la courbe pourrait s’inverser et afficher une augmentation des ventes pendant le deuxième semestre de 2016 et au début de 2017. Cela s’explique par le fait que les entreprises pourraient sont en phase de changement de leurs matériels et machines qui deviennent plus ou moins obsolètes. Aussi, plusieurs entreprises sont en train de tester la nouvelle version de Microsoft et migreront concrètement vers Windows 10 dans le deuxième semestre de l’année 2016.

Notons aussi que la période de l’installation de la mise à jour gratuite de Windows 10 prendra fin en juillet 2016, ce qui pourrait stimuler un peu les ventes d’ici 2017.

Tout va bien du côté du géant Apple

La baisse de ventes de PC que rencontre le marché informatique ne semble pas affecter le géant Apple. Contrairement à ses concurrents, ce dernier affiche même une hausse des ventes qui avoisine les 6% (d’après IDC), et ce malgré des prix plus élevés des machines.

Cela laisse penser que les utilisateurs ne s’intéressent plus désormais seulement au prix et qu’un prix assez bas pour un PC n’est plus synonyme de vente assurée.

Vers la disparition des ordinateurs de bureau ?

Vers la disparition des ordinateurs de bureau ?

Avec son unité centrale, son clavier, sa souris et son écran, l’ordinateur de bureau (également appelé desktop) est devenu un appareil très encombrant et n’attire plus les acheteurs malgré un rapport qualité-prix toujours compétitif. En effet, toutes les statistiques s’accordent à dire que les ventes des PC de bureau ont baissé comparativement aux ventes de PC portables et autres appareils connectés. Est-ce la fin annoncée des desktops?

Retour sur l’évolution de l’ordinateur : du desktop au portable

Depuis le premier ordinateur individuel lancé en 1981 par IBM, le PC a connu plusieurs mutations : de l’ordinateur de bureau traditionnel vers l’ordinateur portable, plus mobile et plus léger avec toute la gamme de déclinaisons qu’il offre telle que les laptops, les netbooks, les ultraportables. Plus récemment, et avec l’évolution technologique, le marché des PC est également menacé par l’arrivée de nouveaux concurrents comme les smartphones, les tablettes, les phablettes, les ordinateurs hybrides et les montres connectées.

Les netbooks sont des ordinateurs portables qui permettent plus de mobilité avec une taille plus réduite, notamment un écran de moins de 13″. A leurs débuts, ils n’ont pas pu concurrencer les PC portables “classiques” car ils étaient considérés comme de l’informatique low-cost avec leurs capacités limitées par rapport à leurs prix. Ils permettaient alors à peine à faire de la bureautique, en gros du traitement de texte, de la navigation internet, et à faire tourner quelques logiciels peu encombrants. Depuis, les netbooks se sont nettement améliorés, à l’image des améliorations technologiques, et on voir désormais ces derniers rivaliser avec les portables en termes de capacités et d’ergonomie.

Les smartphones ont, de leur côté, révolutionné le monde Hi-Tech et des télécommunications; certains experts parlent même d’une nouvelle ère technologique. C’est encore une fois le géant américain IBM qui sort le premier smartphone dans les débuts des années 90 mais la véritable consécration arrive avec l’iPhone d’Apple en 2007 et son écran tactile inédit. Ces téléphones intelligents permettent des utilisations mixtes entre celles d’un téléphone (appeler et recevoir des appels et des messages) et d’un ordinateur comme naviguer sur le internet, recevoir et envoyer des emails, jouer et bien plus encore. Toutefois, et malgré leur empiétement sur le marché des ordinateurs, leurs petits écrans ne permettent pas de faire du traitement de texte ou de travailler longuement dessus.

Avec leurs écrans tactiles de taille proche de celle d’un netbook, les tablettes sont très simples d’utilisation et grignotent encore plus de terrain face aux portables classiques puisqu’elles permettent quasiment de faire tout ce qu’on pourrait faire avec un ordinateur tout en étant plus légères, plus pratiques et parfois moins onéreuses. Ce constat est d’autant plus vrai avec l’apparition des nouvelles tablettes hybrides; des quasi-ordinateurs tactiles aux configurations puissantes et à la connectique très fournie (clavier, souris, ports USB, etc.) qui n’a rien à envier aux PC portables.

Le portable souffre, le desktop fait naufrage

Avec tous ces nouveaux concurrents, les beaux jours du PC sont finis, pour ne pas dire comptés comme en témoigne les sorties successives d’IBM, de Sony et plus récemment de Toshiba du marché.

Si le portable séduit encore, l’ordinateur de bureau lui peine à trouver sa place malgré l’apparition des ordinateurs “All-in-one” moins encombrants et au designs plus soignés. Seuls quelques inconditionnels comme les gamers ne jurent encore que par le desktop et lui ont permis de survivre jusque là. Toute la question est de savoir jusqu’à quand. Beaucoup d’observateurs, dont Gartner, pensent que la sortie récente de Windows 10 porte avec elle les éléments de réponse à cette question.